Visiter Bannalec

0
461
Bannalec

Au sud du Finistère, à mi-chemin entre Quimper et Lorient, la commune de Bannalec vous souhaite la bienvenue. Autour de l’église datant du XVIe siècle, toutes les commodités, hotels et autres hébergements sont regroupés. Tout au long de l’année, de nombreuses animations sont proposées (Fest-Noz, noce bretonne, marches…).

Votre séjour sera agrémenté par des balades inoubliables dans une campagne vallonnée, à travers laquelle les rivières Isole et Ster-Goz décrivent paisiblement leur courbe sinueuse. Au gré des chemins creux, vous découvrirez chapelles, fontaines et fours à pain, précieux témoins d’un patrimoine préservé.

Avis aux gourmands : les dégustations de produits du terroir, qui ont lieu directement chez l’exploitant, éveilleront à coup sûr vos papilles !

La mer et les plages sont à quelques kilomètres. La beauté du littoral breton et le charme pittoresque des petits ports de pêche resteront immanquablement gravés dans vos mémoires… jusqu’à votre prochaine visite !

Histoire

Le nom poétique et fleuri de la commune apparaît écrit pour la première fois en 1030 : Bannadluc « lieu où abonde le genêt ». La plante aux fleurs d’or fait toujours partie du paysage et elle demeure le symbole des Bannalécois.

Patrimoine

Bannalec ne manque pas d’attraits : ses vallées et rivières, ses chapelles et fontaines, ses fours à pain, mottes féodales, ses vieilles pierres… Il ne faut pas manquer l’Eglise paroissiale du XVIème avec une statue rare d’une vierge ouvrante et le fameux circuit des six chapelles, dont une en cours de restauration, et deux oratoires. Une association « Chapelles en Cornouaille » s’est constituée pour faire revivre les chapelles et les oratoires.

On a découvert de nombreux vestiges préhistoriques (haches polies), gallo-romains (meules et poids) et moyen-âgeux (mesures à grains).

Des documents historiques sont disponibles à l’Office de tourisme.

Quelques personnalités

La stèle de l’aviateur bannalécois, Jean Bourhis (1888-1916), précurseur du parachutisme et de l’aviation, trône devant l’église. Sa soeur a servi de modèle à la statue du monument aux morts de Bannalec ; très belle statue sculptée par René Quillivic (1879-1969) avec un magnifique visage exprimant la douleur des mères et veuves.

Les peintres Camille Bernier (1823-1902) et Vincent Vidal (1811-1889), deux artistes qui ont marqué le 19ème siècle, ont en commun d’avoir longtemps été attirés par le charme de Bannalec. Admirateur de Corot avec lequel il a suivi les cours de Léon Fleury, Camille Bernier est considéré par les critiques contemporains comme « l’ ambassadeur » de la Bretagne. A partir de 1860, jusqu’à sa mort, il peindra essentiellement des paysages de landes, bois, chemins creux et prairies de la campagne bannalécoise. Quelques oeuvres peuvent être admirées dans différents musées dont le Musée Départemental Breton et le Musée des Beaux-Arts de Quimper, le Musée de Morlaix…

Ami de Camille Bernier, Vincent Vidal, portraitiste, est enterré au coeur du cimetière près de la grande Croix dans une minuscule tombe de pierre noire à côté du superbe monument en granit, de Reine, son épouse.

Isidore Colas est le premier donneur de sang connu dans l’histoire de la médecine pendant la première guerre mondiale. Il s’agit d’une transfusion d’homme à homme.

Le Tro Breiz (Tour de Bretagne)

« Qui a accompli le Tro Breiz a droit à sa part de paradis, nous raconte la sagesse bretonne ».

Le Tro Breiz est un pèlerinage reliant les sept évéchés de Bretagne : St-Pol-de-Léon, Quimper, Vannes, Dol, St Malo, St Brieuc et Tréguier. Il correspond aux saints fondateurs : Pol, Corentin, Patern, Samson, Malo, Brieuc et Tudgual. Cette tradition a disparu au 17ème siècle. Aujourd’hui, le Tro Breiz a repris une partie de sa vigueur d’antan, même si la formule a quelque peu changé.

Elle a réapparu en 1994 et s’est achevée en 2000. Bannalec, faisant partie du parcours, a accueilli 1700 marcheurs. Un circuit permanent du Tro Breiz est en cours de réalisation.

Un ancien chemin finistérien (la voie St-Pol-de-Léon-Quimperlé) qui menait jusqu’à St Jacques de Compostelle est aussi en voie de réhabilitation sur Bannalec.

A la recherche de l’équipage du Black Swan

Le 31 décembre 1943, un bombardier américain B17 baptisé « the Black Swan », avec à son bord dix hommes d’équipage, est abattu par la chasse allemande et s’écrase près du village de Kériquel-Trébalay en Bannalec. En 1992, un bannalecois, monsieur Yves Carnot s’est mis à la recherche des huit rescapés et il poursuit toujours ses recherches. Il en a retrouvé trois. Une stèle de granit érigée à la mémoire des deux membres de l’équipage tués lors de la chute a été inaugurée le 31 octobre 1998 sur les lieux du drame.

Une petite anecdote

Le vendredi 28 juin 1968 : une date qui ne s’effacera pas vite dans la mémoire des Bannalécois : un lion s’était échappé d’un cirque et avait fait courir pompiers, gendarmes… (la suite de l’histoire vous sera donnée à l’office).

http://www.bannalec.fr/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here